Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog vazimonga

Histoire de la banane et des monnaies de singe à travers les âges.

17 Novembre 2008, 18:59pm

Publié par béber


 CHAPITRE 1.




C’est la valeur d’une monnaie qui crée finalement la hauteur de la dette d’un pays.

A noter que la valeur d’une monnaie est une variable évolutive dans le temps.

 

L’évolution de la valeur d’une monnaie peut se comparer à celle de la banane,

Tout dépend  de la technique de conservation .

 ............................................................................................................................................

CHAPITRE 2



Imaginons un pays qui pour consommer toujours plus … s’endetterait  toujours plus. 

 

Jusqu’au jour où la hauteur de sa dette créant une défiance ou une dépendance trop grande envers d’autre  pays créanciers , le pays-cigale déciderait de diviser significativement la HAUTEUR  de sa dette en baissant la valeur de sa monnaie.

Chose d’autant plus facile si la dette du pays - cigale est essentiellement calculée en monnaie de ce pays.

 .................................................................................


CHAPITRE 3


Afin de pouvoir réduire à peau de chagrin une dette donnée, il suffit de faire investir massivement   les grands  créanciers du pays trompeur  dans  une ou des bulles financières importantes , tout  en se donnant les moyens de l’ explosion de cette bulle  à un temps « t « .

 

 

Pour être sur et certain de l’explosion de la bulle, il faut s’assurrer que le marché de la bulle a tout pour péricliter : une surproduction de biens , une sur-évaluation des biens, une insolvabilité programmée des emprunteurs, une sur-exposition prononcée aux catastrophes naturelles ou économiques  ,bref  un max de clients flouables et floués …

 ................................................................................................................................................

CHAPITRE 4



Il existe plusieurs phases dans ce système qui , durant un temps, ressemble à quelque chose de fort symptathique genre : « donnant-donnant « , le tout en passant par  la phase « devise surévaluée » jusqu’à la phase «  devise dévaluée », phase donnant le signal d’une fin de cycle.

 

Durant la phase surévaluation , la devise (au plus haut )du pays cigale permet d’acheter un max de devises des pays gogos , et  grâce à la magie du commerce, offre aux habitants du pays cigale ainsi qu’aux détenteurs de monnaie -cigale la possibilité de consommer un max  (tout en laissant engranger dans les caisses des pays vendeurs un trésor qui , ô arnaque suprême, ne se dévaluera que dans le temps ).

Le système fait des heureux, il permet de développer les  échanges internationaux ,  du moins  durant un temps .

 ........................................................................................................................................................


CHAPITRE 5


Durant la phase dévaluation , les pays créanciers du pays cigale se demandent  s’il est toujours opportun de continuer les échanges mondiaux en monnaie cigale .

Ces mêmes pays espèrent parfois que le système remarchera , puisqu’il a donné satisfaction pendant tant de temps .

 

 



.....................................................................................................................................
CHAPITRE 4


Les pays bernés ne comprennent jamais l’astuce du jeu de la cigale , car les crises étant terreaux de guerres, et les guerres terreaux de confusion , après avoir tout rasé, vu l’obligation de reconstruire,  le système redémarre de plus belle .


............................................................................

Chapitre 7. 

Le pire n'est jamais certain !. 



Commenter cet article

K. Soulé 17/11/2008 23:26

Incompétence humaine portée à son paroxysme ou volontée délibérée , guerre économique ou pagaille  économique ?  A la vérité, j'en sais rien ...